Savoir s’adapter

cabaret-154609__180Dans les cours de théâtre, c’est rarement comme sur les photos, ou dans les films.

Il n’y a pas une scène, des gradins, des projecteurs, un professeur avec une petite lumière qui éclaire ses notes, et les élèves autour qui s’enfoncent dans les fauteuils en attendant leur tour pour passer leur scène.

Dans les cours de théâtre en banlieue, ce n’est pas tout à fait comme ça. En tout cas dans les cours que je donne. Et pourtant, je vous jure que j’adorerais ça !

Dans les cours que je donne, on se contorsionne entre les chaises, les tables, les vêtements oubliés d’enfants. On met des seaux sous les tuyaux qui gouttent, on resserre nos manteaux parfois quand le chauffage a été coupé, on cligne les yeux sous les néons et on s’interrompt quelques fois quand, dans le préau d’une école, des enfants intimidés viennent chercher leur cartable oublié, ou que des parents en retard traversent nos improvisations pour rejoindre une réunion parents d’élèves dans une classe mitoyenne. Parfois, lorsque cette réunion dure un peu, un des parents (toujours pressé), vient se glisser dans un coin de notre préau, pour passer un coup de téléphone (pour ne pas gêner la réunion…). Il nous tourne le dos, pensant qu’on l’entendra moins. Nous attendons qu’il ait fini….

Ce n’est donc pas comme dans les films, ou dans les photos. Les cours de théâtre que je donne, demandent beaucoup d’imagination. Nous avons pourtant, dans la pire salle de mes cours, réussi à imaginer un feu de camp, une boite de nuit, une remise de prix des oscars, un combat de boxe…

Le théâtre en banlieue, vous savez le théâtre qu’on dit amateur, a bien du mérite. Bien plus, à mon sens, que le théâtre qui a le temps, le lieux, les lumières. Nous devons tout fabriquer, nous devons tout imaginer, nous devons regarder la montre pour être à l’heure, pour ne pas empiéter sur l’horaire suivant de celui qui donne un autre cours.

Ce n’est pas facile de donner des cours dans ces conditions. Ce n’est pas facile de raconter le théâtre, ses entrées, son jardin, sa cour, ses trois coups, ses cintres, la voix qui doit porter quand parfois nous sommes dix dans 20m2 où s’entassent les tables, les chaises cassées et les instruments de musique. Ce n’est pas facile, mais ça fonctionne malgré tout ! C’est incroyable que ça fonctionne quand même. Que des personnages s’infiltrent dans ces salles hideuses, que des souvenirs se créent, que des histoires démarrent entre un tract pour la kermesse du village et le vasistas qui baille aux vents mauvais…

Ce n’est pas comme dans les films, ce n’est pas comme sur les publicités, ça serait chouette, mais non…

Publicités

6 réflexions sur “Savoir s’adapter

    • Et bien tu vois Sylvie, j’adorerais pouvoir donner des cours de théâtre comme dans les films. J’adorerais pouvoir apprendre à mes élèves ce que c’est qu’une scène, l’entrée par les coulisses, savoir capter la lumière, porter la voix, pouvoir bénéficier d’une salle quand je le veux, rester jusqu’aux petites heures du matin pour répéter. Oui, vraiment, Sylvie, j’adorerais ça. Et je trouve très dommage que ce soit de moins en moins possible. On rigole de nos difficultés plutôt que d’en pleurer, mais imagine qu’on dise à des tennismen de s’entrainer dans une salle comme la notre, ou à des danseurs d’apprendre la danse dans un salon moquetté… On parle du théâtre amateur en disant qu’il est évidemment de moins bonne qualité que le professionnel, mais s’il avait les mêmes conditions de travail, on y trouverait des pépites, des merveilles… Si les politiques donnaient les clés aux artistes locaux au lieu de vouloir payer le dernier spectacle à la mode et très cher, le monde serait plus grand. Pardon d’être aussi virulente, mais parfois ça me donne envie de pleurer de faire du théâtre dans une cave

      Aimé par 1 personne

      • Bonjour Nath,
        Je ne voulais pas être désagréable en te posant cette question. Mais je ressentais dans tes textes tellement d’amour pour tes cours, tes élèves, malgré toutes les difficultés matérielles rencontrées, que j’étais en admiration devant ton obstination à enseigner le théâtre dans de telles conditions. J’avais l’impression que cela vous rapprochait d’autant plus que vous deviez faire abstraction de toutes ces difficultés. Et que de ce fait, d’arriver malgré tout à retenir l’attention de ces jeunes et obtenir d’eux un résultat positif, c’était satisfaisant pour toi. (Admirable pour moi !)
        Je me doute bien que tu adorerais travailler dans de bonnes conditions, ce serait vraiment mieux pour trandmettre ton savoir de la scène à ces jeunes, qu’ils pourraient comprendre ce qu’est le « vrai » théâtre. Mais leur vocation ne viendrait-elle pas plus pour le faste de l’environnement théâtral que pour leur réel envie de participer à cette aventure qu’est la scène ? Je pensais que si tu découvrais cette vocation chez l’un de tes élèves, elle serait plus forte car dévoilée malgré ces mauvaises conditions de travail. Peut-être que je me trompe… mais tu pourras m’apporter ton avis et ton sentiment. J’espère que je me suis mieux expliquée cette fois. Sinon, il faudra vraiment que tu me donnes des cours d’expression.
        Bonne journée
        Sylvie

        J'aime

      • Chère Sylvie, à mon tour de m’excuser si ma réponse a pu te paraître un peu tranchante. Elle ne te visait pas bien sûr, et je te remercie vraiment de l’attention que tu portes à mon blog. C’est un vrai cadeau pour moi. D’autant plus que tu dis des choses très gentilles qui me touchent. Il se trouve juste qu’en ce moment je me bats auprès de la mairie pour tenter de ne pas disparaître. pour tenter d’expliquer tout ça, pour tenter de dire qu’il ne faut pas faire mourir cette magie extraordinaire qui nait dans les cours de théâtre. et que c’est de plus en plus difficile chaque fois d’emmener mes élèves (jeunes et moins jeunes) dans la magie du théâtre. Je ne suis pas sure qu’on apprécie plus les choses parce qu’on les vit difficilement. Le vrai théâtre ne se joue pas dans des caves, il survit, il se galvaude. D’autant plus que la ville dans laquelle je donne mes cours, et créé mes spectacles a une salle de spectacle dans laquelle j’ai répété, créé, donné des cours pendant des années. Que cette salle m’a donné envie de continuer, et à ceux qui ont traversé ma compagnie aussi. Seulement maintenant, cette salle est réquisitionnée par des programmateurs de la ville qui font venir des troupes professionnelles en résidence, ou invitent des spectacles très chers et nous mettent dans des caves… Et pour les jeunes, restera toujours que le « vrai » théâtre est à Paris et qu’en banlieue (où je vis), le théâtre est un théâtre au rabais… C’est tout ça qui me rend triste. Mais comme tu le dis, je continue, avec beaucoup de passion à faire s’envoler mes élèves au-dessus des tuyaux qui fuient et des caves qui sentent le moisi. Je pense juste qu’on vaut mieux que ça. Merci Sylvie de ton message, j’espère t’avoir répondu sans trop de virulence ou de dureté. Ce n’était pas du tout mon but

        Aimé par 1 personne

      • Chère Nath,
        Je suis très contente que tu m’aies répondu. En fait, j’avais peur de t’avoir vexée avec ma question, ce qui, tu l’as compris, n’était pas du tout mon attention. Mais apparemment, j’ai touché un point sensible pour toi en ce moment. J’entends bien ton désarroi quant au lieu de tes cours de théâtre. Mais également ton amour du théâtre et de ton envie de le partager avec les autres.
        Tes articles sont toujours intéressants, captivants. Je prends le temps de les lire dès que je reçois le mail automatique. Ils m’emmènent vers un univers différent du mien qui est plutôt rationnel. Un dépaysement !
        Je te souhaite une très bonne journée et j’attends avec hâte tes prochaines publications !

        J'aime

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s