Où sont les acteurs ?

legosJe m’interrogeais l’autre jour sur ce que devient le théâtre. Et oui, il me vient des interrogations parfois qui me font tourner les idées en l’air.

Au début du XXème siècle des metteurs en scène de théâtre (Antoine, Copeau, Jouvet…) s’attristaient de voir que le théâtre joué n’était que du théâtre bourgeois, du théâtre qui devait rapporter, du théâtre de consommation rapide. A cette époque, il y avait pourtant un paramètre différent de celui actuel, c’est que le théâtre était la seule distraction existante (pas de télévision, internet, pas de radio).

Ces réformateurs, ces metteurs en scène ont révolutionné le théâtre en le détournant des codes très figés de l’époque ( comme jouer toujours face au public, ne pas tourner le dos (on sortait en crabe), on tapait du pied dans les coulisses pour indiquer qu’on entrait en scène, les acteurs ne se regardaient pas et jouaient des « emplois » (la servante, la jeune première…).  Ils ont trouvé le goût de la troupe, du groupe, du travail en profondeur de l’interprétation, de recherche de nouveaux textes, de nouveaux auteurs… Et par ce biais là, le théâtre a incroyablement évolué. Par l’esprit de troupe qui n’existait pas avant (il y avait l’acteur vedette autour de qui les pièces se montaient), le théâtre est devenu vivant, un reflet de la vie, un bouillonnement d’idées, de créativité, de représentations de la société, des sentiments et des révoltes.

Après ce petit historique rapide, j’en reviens à ma réflexion. Le théâtre revient doucement au théâtre de la fin du XIXème siècle… On y parle rentabilité à tout prix, on y joue seul pour pouvoir être acheté plus facilement dans toutes les salles, on n’imagine pas de décor trop important pour s’adapter à toutes les scènes, le « one man show » est à son apothéose, on joue sur scène des textes de l’ordre des soirées entre potes. L’acteur vedette reprend ses droits. Dans les salles de banlieues tournent les mêmes spectacles joués à Avignon dans de toutes petites salles, les villes peuvent noter sur leur publicité « passé à Avignon » comme référence incontournable. Il est de plus en plus difficile de voir beaucoup de monde sur scène, difficile aussi de voir des pièces durant plus d’une heure. Difficile de voir se côtoyer toutes les tranches d’âge. La magie de la troupe de théâtre, les grandes histoires qu’on raconte tend à disparaître. Sur la scène on joue seul, ou à deux, par rentabilité, par adaptation aux contraintes des salles, des programmateurs… Et les grands rires dans les coulisses, les effervescences sur scène, les saluts immenses d’acteurs qui se tiennent la main d’un bout à l’autre de la scène pour saluer deviennent rarissimes.

Qui fait déplacer à tous les coups, du monde dans les salles ? Qui fait monter sur scène plus de deux acteurs ? Qui permet aux comédiens de se former à moindre frais ? Qui permet aux jeunes et aux moins jeunes de monter sur scène et offrir des spectacles vivants ? Les compagnies amateurs. Je défends bec et ongles ce dernier lieu de partage et de vie, d’échange, de création.  L’isolement du monde doit-il se voir aussi sur scène ?  cerf volants

Je fais de la politique, moi, ou quoi ? C’était ma petite minute politique. Je retourne ce soir retrouver mon groupe d’ados (ils sont dix) pour travailler sur notre spectacle. L’une d’entre elle m’a créé l’affiche, l’autre me soumet des textes, un autre des musiques, les autres improvisent sur scène (enfin dans le préau), on danse avant de démarrer le travail…. c’est eux qui vont prendre la relève 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Où sont les acteurs ?

  1. Bonjour Nath,
    Quand tu parles théâtre, je pense pièce de théâtre, ancienne ou moderne. Mais pas one man show, pour moi, ce n’est pas du théâtre, c’est de la scène. La différence pour moi ? Au théâtre on joue pour faire ressortir les idées d’un texte et d’un auteur qui n’est pas nécessairement sur les planches. Un one man show c’est pour mettre en valeur 1 personne par des moyens attractifs, plus proches du cirque que du théâtre.
    Ceci n’engage que moi, bien sûr !!!

    J'aime

    • Bonjour Sylvie, Oui tu as tout à fait raison. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Mais malheureusement, à part pour le théâtre subventionné, il y a de moins en moins de moyens pour les compagnies. Alors elles choisissent plutôt des monologues ou bien des dialogues. Je vois dans les salles de banlieues, les programmateurs proposent plus des petites formes que des grandes formes. Parce que les scènes sont petites, parce que ça demande moins de moyens. Les programmateurs font leur marché à Avignon pour alimenter leur programmation. Et à Avignon, les salles (très chères pour les compagnies) sont plutôt de petites salles, petites scènes (parfois l’équivalent d’un salon). Comment faire autrement que de monter des spectacles à un ou deux acteurs ? Les spectacles s’enchainant très rapidement, il ne peut pas y avoir un décor trop lourd. Les compagnies préfèrent payer un acteur que plusieurs. J’ai vu une pièce dans laquelle une actrice jouait deux rôles, le metteur en scène a clairement expliqué qu’il n’avait pas les moyens de payer deux acteurs… Voilà donc le fond de ma réflexion…En tout cas c’est un plaisir Sylvie de discuter avec toi. Tes remarques sont toujours très justes. A bientôt j’espère.

      Aimé par 1 personne

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s