Les ados

sneakers-531172__180

Dans les ateliers théâtre, il y a une tranche d’âge très particulière qui est celle des ados.

Particulière non pas parce qu’elle est difficile, particulière parce qu’elle est… particulière. Je suis fascinée par les ados, certainement parce que j’en ai été une et que c’est à cette époque que j’ai découvert le théâtre, le groupe, le travail d’une pièce. Et puis, si on oublie beaucoup son enfance, je connais peu de gens qui ont oublié leur adolescence.

Mes ateliers ados vont de 14 à 18 ans ; ce qui correspond à la troisième jusqu’à la terminale. Je pense que c’est une aberration de mélanger des sixièmes avec des troisièmes (ce qui se fait souvent). Les centres d’intérêt ne sont pas les mêmes, le rapport à la vie, aux autres, à soi même se transforment à 14 ans. Cette tranche d’âge est un sas, un entre-deux, une traversée du miroir. Une étape fragile et fugitive que je me régale à partager avec eux le temps d’un cours.

Souvent quand je dis que je donne des cours de théâtre aux ados, on me dit : »Ohhhhh !!! (avec les sourcils qui se froncent et la tête qui balance de droite à gauche), c’est dur les ados ! ». Ou bien : « Tu as bien du courage ! » ou alors la bouche se pince, les commissures des lèvres descendent, la tête se balance encore : »C’est difficile de les intéresser à quelque chose, non ? ».

C’est incroyable comme ce préjugé tient depuis tant d’années. J’essaie de comprendre pourquoi et je me dis que peut-être (mais je dis bien peut-être) que c’est parce que les adultes sont un peu jaloux des ados. Peut-être qu’ils leur en veulent d’être à l’âge de toutes les découvertes, de tous les questionnements, des premières amours… Je dis peut-être bien sûr. Moi-même adolescente, j’entendais la même chose : les ados sont fainéants, ils ne s’intéressent à rien, ils sont mous… (et toutes ces choses si agréables à entendre quand on est soi même persuadé qu’on ne sera jamais à la hauteur). Je me souviens comme j’étais pleine d’envie d’apprendre, pleine d’envie d’amis, pleine d’envie d’être adulte et pleine d’envie de rester quand même toujours une enfant…

Moi les ados m’ont sauvé la vie. M’ont sauvé la vie par le rire, par la dérision. C’était il y a six ans. Je sortais d’une période un peu pourrie où la vie semble se régaler de vous confronter à la mort (des autres et de soi). Une période sérieuse et noire. En parallèle de ces événements, j’étais tombée sur un texte de Fabrice Melquiot : « Hippolyte ». (aux éditions Théâtrales, Théâtre en court 3 : 4 pièces à lire, à jouer. Théâtrales jeunesse). Texte d’une beauté hallucinante, comme beaucoup de textes de cet auteur que je vous recommande. Thème un peu dur :  » des amis (ados) se retrouvent après l’enterrement de l’un d’entre eux (mort d’un cancer). Hippolyte était l’ami de chacun.  Ils se rappellent le lien particulier qui les liaient à lui. Hippolyte leur parle, les passages de souvenirs s’entremêlent avec le présent. Tout ça est écrit avec une délicatesse, une subtilité étonnante, beaucoup de légèreté aussi.

Lorsque j’ai fait lire le texte à mon groupe, ils ont tous dit qu’ils adoraient (depuis que je donne des cours, je n’ai jamais entendu un ado me dire qu’il n’aimait pas les textes que je leur propose, contrairement aux adultes). Et pendant le travail, je vivais avec mon lourd fardeau de vie de merde, (sans qu’ils soient au courant bien entendu). Dans une scène Hippolyte annonce à son amie qu’il a un cancer du cerveau et qu’il va mourir. Lors de la répétition, l’ado qui jouait le rôle est parti dans un fou-rire incroyable parce qu’il trouvait ça drôle de dire qu’il avait un cancer du cerveau. Et tous se sont mis à rire en lui disant que ce qu’il avait au cerveau c’était pire qu’un cancer ! Et après ça ils se sont envoyés des vannes autour de ça. Et moi, adulte, j’étais avec mon gros mot de cancer qui pesait des tonnes, et ce gros gros mot est devenu si léger avec leurs rires, et il m’a fait rire aussi. Le gros mot a dégonflé d’un seul coup au milieu des rires des ados !

Les ados sont des personnes formidables. Je les aime infiniment, parce que avec eux,  les choses très lourdes peuvent devenir drôles et légères comme des bulles de champagne, on peut parler de tout avec les ados, c’est étonnant. Souvent quand je choisis un texte, je leur demande si leurs parents risquent d’être choqués (pour un gros mot, ou une situation…). On en parle ensemble, eux ça les fait rire, on vote. Je les aime parce que quand je leur demande de me raconter le petit kif de leur journée, ils se battent pour en raconter plus et plus et plus, parce qu’une idée leur en donne une autre, parce que quand l’un se souvient d’une chose, l’autre rebondit dessus et tout ça finit en brouhaha impressionnant. Il ne faut pas faire taire les ados ! Ils ont tant de vie, de douleur, d’éclats de rire.

Je vous parlerai régulièrement d’exemples, de souvenirs dans mes ateliers ados. Il y en a tant !

Juste une dont je me souviens là maintenant. Une photo que j’ai prise d’eux en répétition. Je leur ai demandé de se figer pour que la photo ne soit pas floue. En la visionnant ensuite chez moi, je me suis aperçu qu’ils avaient tous fait discrètement le signe du cœur avec leurs doigts, pour moi. Sans que je m’en rende compte. Et bien moi, ça me fait fondre… hands-1283076__180

 

Publicités

5 réflexions sur “Les ados

  1. Bonjour Nath,
    Une fois de plus, tu as touché mon âme. Moi qui suis si « dure » dans la vie, mes émotions débordent en te lisant. Bon, il faut dire que je te lis alors que je suis seule et que je ne m’interdis pas mes débordements de sentiments. Je suis surprise de l’effet que produit sur moi tes expériences.
    Une fois encore, je ressens tout l’amour que tu portes à tes élèves, et plus particulièrement aux ados, qui eux te le rendent bien.
    J’avais demandé lors d’un Lienster Awards, quel tableau on aimerait avoir dans son salon. Je pense que toi, c’est cette photo que tu as au fond de ton coeur pour t’accompagner dans la vie. (une photo qui n’est certainement pas seule…)
    Merci encore pour ce partage d’émotions, si agréable pour débuter ma journée.
    bonne journée
    Sylvie

    J'aime

    • Merci à ton tour Sylvie de toute cette gentillesse. Cette photo, elle est devant mon ordi et je la vois tous les soirs. Il y en beaucoup d’autres, mon mur est plein d’affiches et de photos de théâtre. J’aime particulièrement les photos de salut. Tout le monde se tient la main, on est heureux, le temps se suspend… J’en ai une ou je salue avec dans chaque main, mon fils et ma fille. Je ferai un de ces jours un diaporama avec toutes ces photos. Sur la page youtube qui est en lien sur mon blog, sur la vidéo »baiser volé », on voit la photo où mes Teens m’ont fait le cœur avec les mains. Tu verras un court extrait d’une année de répét avec eux il y a 5 ans. Il y a aussi d’autres compils d’année avec les ados sur cette page youtube. A très bientôt et bonne journée.

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Nathallie,
    Après « rendez-vous en terre incognue », je me suis couchée hier soir en rêvant de me trouver au milieu de personnes formidablement humaines, bienveillantes et authentiques comme le peuple chinois du reportage… Et ce matin, au petit-déjeuner, je découvre ton texte sur les ados. Je me suis soudain sentie plus près du ciel. Ouah… même rares, quelques étoiles peuvent encore illuminer le quotidien. ..
    Merci pour cette douceur, ce murmure délicat, ces pensées amènes qui enchantent et réjouissent l’âme silencieuse. Formidable, merci très sincèrement pour ce dialogue de cœur à cœur.
    Catherine

    Aimé par 1 personne

    • Oh merci Catherine, ton message me touche beaucoup. Le monde devrait se rapprocher des ados au lieu de les exclure, ils sont pleins de tant de choses que les adultes veulent étouffer. il faut murmurer à l’oreille des ados qu’ils sont des gens formidables, ils sont tellement persuadés du contraire !

      J'aime

  3. C’est moi qui te remercie Nathalie pour cette belle déclaration d’amour aux ados !
    Les médicaments qui m’ont été prescrits pour dormir compliquent mes réveils si bien que, surprise du petit coucou sympathique de Sylvie (merci à toi Sylvie.. 5h du matin, non décidément on ne me la fait pas avec le bio-végétal… :-)), je ne m’étais même pas rendue compte qu’elle t’avait également écrit un joli mot débordant d’émotion et que, sans lunettes, un « g » avait squatté la place du 2ème « n » de « inconnue »… dans mon message 😉
    Au risque de manquer d’originalité, je te remercie à nouveau très sincèrement et te souhaite de pouvoir enrichir, longtemps encore, ton album personnel de très belles photos. 🙂
    Catherine

    Aimé par 2 personnes

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s