La musique est un cri qui vient de l’intérieur

music-1283877__180

Je ne conçois pas un spectacle théâtral sans y associer une ou deux musiques. Les deux vont toujours de paires.

J’aime à les tester avant, les faire entendre à mes élèves quand ils connaissent bien la pièce, j’accompagne certaines de leurs scènes avec l’une ou l’autre sur laquelle j’hésite.

Souvent, quand je suis devant mon ordinateur et que je travaille au découpage de la pièce, à la mise en scène, je l’associe, je l’imbibe, je la mouille d’accords de musique.

Une scène violente pourra être associée à un morceau de hard rock style AC/DC ou alors tout le contraire, une scène de colère pourrait tout à fait être jouée sur un morceau très doux (Passengers, ou Sting), j’ai même parfois décalée des scènes en y mettant un morceau très commercial comme « Tu m’oublieras » de Larusso. Ça donne une dimension nouvelle, comme un nouveau personnage qui s’invite.

J’ai travaillé une année un très beau moment avec les adolescents. Je voulais leur faire découvrir, aimer et ressentir le « Ne me quitte pas » de Jacques Brel. Nous l’avons écouté (ils le connaissaient tous) plusieurs fois, puis nous avons tenté de trouver des improvisations associant des extraits du texte ( séparation d’un couple, une mère à son enfant, un enfant à un parent, deux amis….) Puis je leur ai dit :  « vous êtes sur le quai d’une gare, l’amour de votre vie est dans le train, le train démarre, vous devez lui dire comme vous l’aimez en même temps que vous avancez avec le train, qui va de plus en plus vite et s’éloigne quand vous êtes au bout du quai, puis disparait. »

Ils devaient choisir un passage court de la chanson, commencer doucement, monter en intensité et en rapidité, courir, s’arrêter puis se retrouver seul et repartir en continuant le texte. L’émotion était très belle. Très scénarisée.

Nous avons essayé de le découper en chorale. Que chacun en dise une partie. Puis après avoir tourné beaucoup, j’ai choisi que nous laisserions la place à Jacques Brel. Que les mots lui revenaient, qu’il nous laissait l’émotion. Alors nous avons travaillé ainsi : les six ados (j’en avais 6 sur ce projet), étaient assis très serrés côte à côte sur un banc. Habillés de la même façon (pantalon noir et chemise en jean). Et juste ils nous faisaient face, le regard fixe. Puis dans une chorégraphie très lente, le deuxième à l’extrême gauche du banc posait sa joue sur l’épaule de son voisin, qui posait ensuite très lentement la sienne sur le voisin suivant, jusqu’au dernier qui se trouvait, comme le premier toujours assis face public, le regard fixe. Ils tournaient la tête (ceux de chaque extrémité qui étaient une fille et un garçon) et se regardaient longuement, portés par les paroles de la chanson, éloignés par les quatre du centre qui formaient un groupe très solidaire et très doux.

nemekitpas0512

Répétition de « Ne me quitte pas » avec les Teens en 2012 ©

Les deux se souriaient sans bouger, longtemps (toujours assis). Puis doucement les quatre du centre se redressaient (séparant le regard des deux autres), ils se retrouvaient donc ainsi tous les six à nous fixer. Le visage de celui qui était à l’extrème droite, le regard fixé sur le public, se transformait, indiquait une tristesse infinie, des larmes apparaissaient. La fin de la chanson se faisait sur le regard fixe des six ados, alors que les deux du centre (un garçon et une fille), imperceptiblement se prenaient la main et le noir se faisait sur eux, sans qu’ils aient dit un mot sur cette chanson extraordinaire.

ils m’ont émue aux larmes plus d’une fois. Le public aussi. Un silence incroyable se faisait dans la salle lorsque « Ne me quitte pas » se jouait. Un souvenir d’une grande douceur.

La musique est un support essentiel, incontournable au théâtre et dans les cours. Elle permet d’amener le calme, de donner de l’énergie, de la drôlerie parfois (faites jouer une scène de rupture sur de la musique de pub, ou sur une fanfare et tout change). Ah ! La musique est magicienne.

ET VOUS ? QUELLE EST LA MUSIQUE QUE VOUS AIMERIEZ ASSOCIER A VOTRE VIE ?

Pour le plaisir de réécouter Monsieur Brel :

https://www.youtube.com/watch?v=i2wmKcBm4Ik

 

 

 

Publicités

12 réflexions sur “La musique est un cri qui vient de l’intérieur

  1. Bonjour Nath,
    Voilà une nouvelle face de ta vie au théâtre : DJ…
    C’est très beau ce que vous avez fait sur Jacques Brel. Et ta manière de nius raconter… on s’y croirait !
    Une musique ? Cela depend du jour, de l’heure, de la saison. Nous sommes changeants et 1 seule musique ne peut nous définir.
    Aller je me lance, elle a fait un bébé toute seule. Vrai et pas vrai, autonomie, indépendance, fragilité, prise en main de sa vie, fatalité, force de caractère, vulnérabilité, vie de famille, individualisme, ce que l’on montre et ce que l’on est…
    Bonne journée
    (je sais, je reponds tardivement…)

    J'aime

  2. Bonjour Nath,
    Décidemment, que de choses manquées durant ce week-end d’absence.
    Merci pour ce cri musical qui me fait penser aux « enfants du silence » (film et pièce). Une très belle émotion, si bien traduite, puisée au plus profond et offerte à nos cœurs comme une onde fraîche. Cette symbiose avec ta team de jeunes est formidable. Elle transpire à chaque mot, chaque ponctuation et chaque silence. 🙂
    Beaucoup de musiques et de styles différents mais, lorsque j’ai le spleen, je réécoute souvent la musique de « un éléphant, ça trompe énormément » en me laissant bercer par le doux bruit des vagues et le piano mélancolique…. 🙂
    Biz, à bientôt.
    Cat

    J'aime

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s