A la recherche du texte idéal

danse femme

 

Dans un cours de théâtre, on travaille le personnage, le placement, l’improvisation, on y fait des exercices et… on travaille sur un spectacle (dans la plupart des ateliers en tout cas). Il faut donc trouver … un texte. Et pour tous les profs de théâtre c’est le moment douloureux, la grande quête du Saint Graal…

Cette recherche de texte est un casse-tête sans nom. En effet, prenons un atelier traditionnel de théâtre : disons que vous avez 14 élèves (pour moi c’est le maximum atteint), et bien vous avez très souvent 13 femmes et un homme. J’exagère un peu, mais c’est souvent le cas. Et bien : trouvez une pièce de théâtre avec 13 femmes et un homme et dont les rôles sont équilibrés…. mission impossible !

Il faut donc trouver THE TEXTE pour l’année, pour 14 personnes qui ont payé leur cotisation et  vont faire venir leur famille, leurs amis à la fin de l’année pour les applaudir… Il faut trouver un texte équilibré pour tous. Pas en mettre 13 qui tiennent les hallebardes et la quatorzième qui fait un monologue. Même si parfois on préfèrerait. aiguille-botte-de-foinNon, il faut trouver un texte pour les 14.  Parfois des élèves comptent le nombre de répliques de leur camarade pour savoir s’ils en ont autant…

Souvent dans les ateliers pour pallier la complexité de l’exercice, on présente des sketchs (je l’ai fait). Ce sont des petites scènes, dans lesquelles chacun peut avoir sa place sur scène et dont on essaie au maximum qu’ils aient des liens entre eux pour donner un titre au spectacle. Sinon on ne le fait pas (je l’ai fait aussi).

Pour les ados c’est souvent plus facile parce qu’il existe une collection remarquable chez Lansman Editions qui s’appelle « La scène aux ados » : qui proposent chaque année un recueil de 4 ou 5 courts textes (d’une demie heure en général) pour une douzaine d’ados. Ces textes sont souvent de grandes qualités et j’y ai beaucoup puisé. Pour les adultes, il y a les incontournables Jean Michel Ribes, Jean-Paul Alègre, Ionesco, Obaldia. Mais il existe aussi tellement de textes indigents pour les ateliers, tellement ringards qu’ils me donnent envie de pleurer.

Je trouve que c’est important d’être sur scène, de faire déplacer un public. Alors il ne faut pas y présenter n’importe quoi, juste pour présenter quelque chose. C’est à cause de ce renoncement que le théâtre amateur a encore une si mauvaise image. Il faut changer ça. Je m’y essaie à ma petite échelle.

Alors, ce que je fais et qui me prend un temps de malade, c’est que je trouve un thème dont j’ai envie de parler et que je propose à mes élèves (les souvenirs d’enfance, le deuil, le couple, la famille, l’amitié, la violence, l’école…) et je puise dans des textes qui me plaisent. Ce peut-être des textes de théâtre, mais aussi des paroles de chansons, des extraits de films, des extraits de romans… Brel peut côtoyer Salinger, Grand Corps Malade peut répondre à Delphine DeVigan ou Claire Bretecher, Ionesco et Durringer peuvent dialoguer avec Fauve ou Anna Gavalda…

Je les lis, en ressors les extraits qui me conviennent, démultiplie des monologues pour les jouer en chœur, partage un poème et en fais un rap. Ensuite vient le travail d’assemblage pour que les textes se relient, souvent j’écris les textes charnières. J’ai devant moi la photo de mes élèves. Je les imagine dire, je fais les retouches pour que le texte s’adapte au sexe, à l’âge, au physique, à l’expérience… Je mêle des monologues et des scènes de groupe, de la légèreté et de la profondeur. puzzle-1705364__180Je croise les visages et les textes, j’y insinue des musiques…Puis vient la lecture dans l’atelier, la dégustation sur scène, dans la bouche des élèves. On s’essaie à des improvisations autour des textes, je jauge du potentiel à jouer, je retravaille, j’arrondis les angles, je refais des ourlets. Je teste aussi pendant l’année ceux qui ont moins le temps d’apprendre, qui ont plus de mal à retenir, les absences. Je recommence, je réadapte, je m’impatiente, je doute, je m’enthousiasme et je cisèle.

Et puis l’équilibre se fait, patiemment, les mots se racontent dans la bouche des acteurs, les vies s’inventent sur scène, les connexions se font…

On peut et on doit tenter de présenter un travail de qualité dans les ateliers. Il est plus difficile de le faire en ne choisissant pas sa distribution et en adaptant des textes à des personnes au lieu de faire l’inverse comme dans les troupes. Mais il faut essayer au moins.

Ainsi les parents, les amis qui étaient venus pour applaudir leur proche inconditionnellement, en se préparant à s’ennuyer comme il se doit dans l’imaginaire des restitutions d’ateliers,  pourront aussi être surpris, conquis et applaudir des textes, une mise en scène, un jeu d’acteurs… découvrir que le théâtre, c’est pas si chiant finalement…

Publicités

9 réflexions sur “A la recherche du texte idéal

  1. Et bien je ne savait pas que manager les acteurs et gérer un theatre amateur représentaient un tel casse tête . Il faut dire qu’en qualité de spectateur on ignore tout ce qui se passe en coulisse. Bon courage donc á toutes ces femmes et hommes qui s’occupe de ces petits théâtres et tout particuliérement au tien Nath 😉

    J'aime

  2. Bonjour Nath,
    Un travail de « haute couture », réellement ! 🙂
    Tant de talents, d’énergie, d’ambition positive !
    Toutes ces transformations matérielles qui aboutissent à des transformations individuelles autant que collectives : en fait, tu es marraine la fée, c’est bien cela ? 😉
    Très belle journée à toi, namaste (*)
    Cat

    (*) Ah, oui, je suis encore dans mon dernier conte urbain…. Au revoir donc ! 😉

    J'aime

  3. Bonjour Nath,
    Alors tu l’as trouvé LE texte de cette année pour tes ados ? Mais tu dois attendre avec impatience de le leur présenter.
    Et les adultes aussi compte leur nombre de répliques ? Cela ne m’étonnerait pas 😻
    Bon mois de novembre 💋

    J'aime

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s