Prendre le temps

biker-1032769__340Dans les cours de théâtre, lorsque un élève joue son texte pour la première fois, il le dit vite.

Un texte dit doit avoir un rythme, comme une musique ; un élève va le donner quasiment toujours à l’accéléré.

Aujourd’hui je demande à une élève de faire un silence au milieu d’une phrase pour se donner le temps d’inventer ce qui suit.

Mon élève répète la phrase,  toujours sans aucun silence.

  •  Je t’ai demandé de faire un silence, juste après le point.
  • Je viens de le faire, mais si tu veux je recommence.

La tirade se répète sans pause. Bien… Je reste calme parce que je sais que lorsqu’on joue on a toujours l’impression qu’une seconde de silence dure une bonne heure. Le cerveau est en mode vitesse rapide.

  • Bien…Excuse-moi, mais je n’ai pas entendu le silence.
  • Pourtant, j’ai vraiment marqué le temps entre les deux phrases. Je t’assure.
  • Alors pour te donner une notion, tu vas compter jusqu’à cinq après le point, avant de reprendre.

La tirade reprend. Une seconde de pause entre les deux phrases et « boulottage » de fin de tirade. Grand sourire satisfait de l’élève.  Un temps pour moi.

  • Euh… tu as compté jusqu’à cinq, vraiment ?
  • Oui
  • Mais à quelle vitesse ?
  • Normal

Lorsque j’impose des temps entre les répliques à mes élèves j’ai l’impression de leur infliger une torture.

Apprendre un texte est une chose, mais après le restituer devant les autres devient une épreuve surtout pour ceux qui ont des monologues. Ils accélèrent, imaginant que les autres s’ennuient, ils boulottent les mots, s’empêchent de respirer… Une vraie épreuve pour tout le monde. Chez les adultes c’est un peu moins marquant, mais chez les ados (qui déjà parlent vite pour la plupart), c’est le vrai parcours du combattant pour tenter de comprendre la teneur de leur texte.

Je leur demande alors de scander les syllabes, d’inspirer et d’expirer en fin de phrases.

  • Oui mais là, ça fait plus naturel du tout.
  • Pour l’instant, avant de faire naturel, on va se concentrer sur la compréhension de ton texte. Il faut quand même que le public sache ce que tu dis, tu es d’accord ? Parce que, reconnais que si tu es très naturel mais que personne ne comprend ce que tu dis, le public va se sentir un peu exclu…
  • Oui, mais si je parle lentement, ça fait « joué ».
  • Imagine que tu vas à un premier rendez-vous. Tu t’es fait beau, tu as travaillé ta démarche, tes répliques, tu es très à l’aise, tu épates tout le monde tellement tu es à l’aise, mais au moment de dire bonjour, tu dis : Pzbggtk… Tu penses que c’est quoi qui va ressortir de cette rencontre ?

Et on recommence…

Sur scène, il faut tout réapprendre, marcher, parler, courir, rire, pleurer… et ça prend du temps… prends du temps… prends du temps…

Il faut savoir que le stress fait accélérer le débit de parole. Je sais que si une répétition générale (juste avant la première) dure deux heures, la représentation fera environ un quart d’heure de moins, voire encore moins. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Lorsque l’élève a apprivoisé son texte, n’en a plus peur et ne veut pas l’éjecter absolument hors de lui, alors on peut commencer à envisager l’émotion. Et l’émotion, elle, vient bien plus naturellement.

Un élève qui a avalé son texte pendant plusieurs cours, tout à coup peut arrêter le temps. Scotcher tout le monde avec une émotion extraordinaire… Je n’ai aucune potion magique pour arriver à ce résultat. Ça arrive pourtant parfois (pas toujours). Tout est à sa place…. le rythme est naturel, ralenti à la juste tonalité, au juste mouvement. Le Groove est là, les planètes sont alignées.

Et alors, à ce moment précis, commence le théâtre !

Publicités

17 réflexions sur “Prendre le temps

  1. La magie du théâtre…
    Je ne sais pas comment tu gères les ados. Je ne comprends déjà rien à ce que me dit ma fille… sauf quand elle hausse les épaules et sourcils quand je lui dis d’ar-ti-cu-ler et de parler moins vite 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Bonsoir Nath,
    Quand on ne participe pas à ces cours, on ne se rend pas compte des détails que tu nous révèles. Surtout avec les ados, car ils sont fragiles.
    Je te souhaite beaucoup d’autres séances avec des silences, des vrais, des longs…
    Bisous et bonne soirée
    Sylvie

    J'aime

  3. Merci Nath pour cette pause car oui, prendre le temps est vital dans de nombreux cas pour retrouver une respiration complète (inspiration et expiration :-)).
    Ton article m’a fait songer à la chanson de Michel Fugain que j’entendais souvent, enfant, lorsqu’il se produisait avec son Big Bazar. Cette chanson commençait ainsi : 5, 4, 3, 2, 1, 0… partez ! Le bon rythme donc pour produire le meilleur… avec de la patience ! 🙂
    Belle fin de journée, bises.
    Cat

    J'aime

    • Oh j’adore cette chanson ! Attention mesdames et messieurs dans un instant ça va commencer… Je l’ai chanté, dansé, je l’ai même introduit dans un spectacle des ados. Tu tombes donc à pic ! C’est vrai que parfois au milieu de la tourmente, prendre quelques instant pour s’arrêter, faire deux ou trois longues inspirations-expirations permet de se recentrer. Un bisou Cath

      J'aime

  4. Toujours passionnant tes articles Nathalie! Ce que tu nous révèles est la base du théâtre, il me semble, avant de vouloir placer une interprétation sur un texte. Mon expérience, pas au théâtre, mais dans les interventions en public que j’ai pu faire, quand je parlais dans un micro j’étais calme, ma voix était posée, davantage pro que sans micro. Je pense que de vouloir porter sa voix et d’en contrôler le volume et le débit était stressant pour moi; avec un micro j’étais une autre personne plus naturelle! Mais avec les ados c’est autre chose, moins réservés? ils osent sans doute plus que des adultes.

    J'aime

    • Merci Claire, tu as tout à fait raison que le micro permet plus de fluidité, de lenteur parce qu’on s’entend certainement comme si quelqu’un d’autre parlait. On peut alors maitriser mieux son débit. Je ne pense pas que les ados soient moins réservés, nous sommes tous égaux sur une scène. Les adultes parlent aussi très vite parfois. Les répétitions permettent de calmer le jeu, de le rendre plus dense. Bizatoi Claire

      J'aime

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s