L’entre-deux

Dans les ateliers théâtre, il y a les cours et il y a… quand il n’y a plus de cours : c’est-à-dire les vacances.

Pendant les vacances, je mets mon esprit au repos et pourtant… Très régulièrement me vient une idée…

Et tiens :  pourquoi pas, dans la prochaine création, démarrer avec une lumière rasante donnant sur les comédiens couchés et une musique qui monterait comme un battement de cœur, en accompagnement de leur respiration ? Ou bien, et si je travaillais avec eux sur le chœur ? Sur le groupe comme une entité et que les phrases répétées du chœur donnent des indices indicibles sur la fin du spectacle ? … Et si… ? Ou alors… ? Et pourquoi pas ne pas …. ?

Comme quand on attend quelqu’un, en se disant qu’on a bien le temps, mais qu’un bruit de voiture par la fenêtre nous fait aller quand même vérifier derrière le rideau.

Vous savez, on va regarder, on écoute, on vérifie et on dit : « Ah, non...bien sûr » et on reprend ses occupations en se disant que ce n’est pas l’heure du tout, mais en gardant toujours un petit éveil dans le cerveau sur les bruits extérieurs.

Je suis pareil.

En éveil.

Comme les animaux.

Vous avez vu les chiens qui dorment  : un bruit et ils redressent la tête, soulèvent leurs oreilles, penchent le menton sur le côté. Restent immobiles un moment puis se rendorment.

Les chats sont plus en nuance : juste une oreille qui bouge, ou un œil qui s’entr’ouvre. Aux aguets. Tranquille.

Il y a donc l’entre-deux des cours. Les vacances, quoi…

Bizavous

Nath

Publicités

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s