Encore des mots, toujours des mots

 

Dans les cours de théâtre, il y a le moment des inscriptions. C’est un moment un peu « administratif », un peu « représentatif ».

Dans ces moments d’inscription, souvent lors de journée des associations (moment où dans des tout petits espaces, des dizaines d’associations présentent leur travail), il faut faire le commercial. C’est le grand marché aux activités !

Alors voilà : installé derrière une table, pour faire sérieux, on attend sur sa chaise. Cette année j’étais sous une tente, avec 1m2 de surface pour présenter les spectacles,  ceux des années précédentes, les ateliers, les prix, les horaires, les programmes, les flyers, les affiches, les photos. Comme il a plu pas mal, on ne pouvait pas s’étaler tranquillou en dehors de la tente.

L’heure d’arrivée est fixée officiellement à 8 heures. J’arrive toujours péniblement à 10 heures et à 11 heures je suis installée. J’étais ensevelie sous les affiches, les documents, le scotch, la patafix quand les premiers sont arrivés. Les gens arrivent très tôt pour s’inscrire, un peu comme les soldes où on doit être absolument le premier...

Alors démarre le marathon des mots répétés. Et blablabla et blablabli…

Refrain : Mon cours ? C’est meilleur de toute la région, demande à qui tu veux ! Le Petit Théâtre de Nath on peut pas trouver mieux ! (re)

La journée s’achève officiellement à 18 heures, moi je remballe mes affaires à 16 heures. Surtout quand il pleut. Je suis un peu une grosse flemmarde en ce qui concerne l’administratif. En plus en bon prof de théâtre, je me casse la voix au bout d’une demie heure de discussion.

Allez expliquer, après ça, que je fais travailler la voix dans mes cours, comment la placer, ne pas forcer, etc…(quoi que la-dessus je ne suis pas très fortiche, la puissance de voix vient en dernier dans mes cours, je préfère la qualité que la quantité)

Il y a toujours les anciens élèves qui reviennent, qui passent me faire un petit coucou. Ceux qui ne reviennent pas aussi.

Et puis, il y a les nouveaux.

Les futurs élèves à qui je déroule mon beau discours (voir refrain ci-dessus). C’est un rôle amusant auquel je prends goût. Un peu comme ces bonimenteurs dans les foires qui vendent leur machine à presser les citrons. Quand je sens le regard qui s’accroche, le sourire qui s’esquisse, le sourcil qui se redresse… c’est là que je prend le nom, les coordonnées, le téléphone et hop là : c’est pesé. Au suivant ! Et puis je suis toujours tellement flattée quand des personnes inconnues restent parler avec moi, s’intéressent, se projettent dans mon cours.

Madame, Monsieur, vous voulez des renseignements ? Mais bien sûr : (refrain).

Cette année, une fois rentrée, j’ai comptabilisé le nombre d’inscriptions. Le double du nombre que je m’étais fixé pour les adultes. Glurps !! Oupsss !!! Pas fait attention, prise dans mes discussions.

On voit des noms, on ne se rappelle plus trop des visages. Certains marquent plus que d’autres, ce ne seront pas forcément les plus passionnés.

Il faut choisir. Sur quel critère ? Comment ? Pourquoi ? 

En début d’année, dans les cours de théâtre, soit on n’a pas assez d’inscrits et on se fait des nœuds à l’estomac, soit on en a trop et on se fait des nœuds à l’estomac.

Moi je n’aime pas les inscriptions, je n’aime pas vendre mes cours comme je vendrais mes salades. Je dis des mots, toujours des mots, les mêmes mots. paroles, paroles (comme dirait la chanson).

Alors que le théâtre c’est bien plus que ça, c’est…. et puis aussi…. enfin, non plutôt…et encore… Enfin… vous me comprenez…

Le passage des inscriptions dans les ateliers théâtre,  c’est le pire de tout.

Bizavous

Nath

 

Publicités

2 réflexions sur “Encore des mots, toujours des mots

  1. C’est ben vrai ça… Le Petit Théâtre de Nath on peut pas trouver mieux !
    Et tu as fais comment avec les inscriptions en trop ? Tu as pu garder tout le monde, tu vas faire plus de cours ? La rançon de la gloire ! 😀 Bizatoi

    J'aime

    • Merciii Nat ! Et bien mes cours commencent la semaine prochaine et j’ai mis des personnes sur liste d’attente… Je ne peux pas ouvrir plus de cours, je n’ai pas d’autres créneaux horaires. Tant pis. Tant mieux. Je ne sais pas trop comment je gèrerai plus d’ateliers, d’autres arrivent à donner 5 ou 6 cours, moi, vu le temps que je passe sur les spectacles de chacun, je ne sais pas du tout comment je ferai. J’aime plutôt la qualité à la quantité. Je reviens sur mon blog après mes deux premiers cours pour raconter comment ça s’est passé. Un bisou pour toi !

      Aimé par 1 personne

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s