Et il y a les dédicaces !

En plus de donner des cours et de faire des créations théâtrales, je suis écrivaine. Et quand on est écrivaine, on passe la plupart de son temps au fond de sa grotte, devant son ordinateur, à s’user les yeux et les doigts pour mettre à la queue leu leu des mots qui jaillissent de notre cerveau.

 

Voilà la situation normale d’une écrivaine. Le cerveau en ébullition, les doigts agiles et les paupières clignotantes, quand la nuit fait dormir les autres gens.

Enfin quand je dis la situation normale, je n’en sais rien. Peut-être que je suis la seule. Certains disent qu’ils écrivent le matin (ne comptez pas sur moi le matin, je dors), d’autres disent qu’ils écrivent dans les cafés (alors moi c’est impossible parce que dans les cafés je ne peux me concentrer que sur la conversation des voisins), d’autres encore écrivent sur des petits carnets (alors j’ai essayé, j’ai au moins dix mille carnets entamés avec plein d’idées, mais je ne sais plus où je les ai rangés).

Moi j’écris la nuit, sur mon ordi, entre minuit et cinq heures du matin.

C’est mon rythme, mon apaisement, mon évidence. Incapable d’écrire aux heures normales des travailleurs. Il me faut être par dessus le sommeil des autres, quand mon souffle s’apaise de trop d’informations, de trop de palpitations du monde, de trop d’émotions des autres.

Donc, j’écris dans le calme de mes nuits.

Et depuis février dernier où mon roman : Ô Pulchérie ! a été publié chez Denoël, il me faut affronter le monde, le jour,  pour des salons du livre ou des dédicaces où on m’invite.

Quelle fierté ! Quel bonheur ! Quelle reconnaissance ! Quelle panique !

J’ai été dédicacer mon livre à la Fnac de Velizy2, au salon du livre de Limoges, à la librairie Interlignes et ce samedi là, le 1er décembre 2018, je serai au salon du livre de Boulogne Billancourt. J’y présenterai aussi mon deuxième roman : « Philippe » (paru chez Librinova).

Je suis très fière, mais en même temps un peu piteuse. Qu’est-ce que je vais vous dire ? Qu’est-ce que je vais vous écrire ? Comment je vais vous résumer en quelques mots toutes mes nuits d’insomnie, mes personnages, mes doutes et mes fulgurances ? Comment vous dire la tendresse infinie que j’aie de Pulchérie qui est égoïste, vicieuse et irrévérencieuse, de Philippe qui est monstrueux et tellement fragile ? Comment m’en expliquer, comment les défendre alors qu’ils se sont imposés comme un fer rouge aux bouts de mes doigts ?

Je vais essayer, je vais sourire, balbutier, hésiter, dire des banalités sans doute. J’essaierai d’expliquer sans vraiment savoir moi-même. Je ne suis pas fortiche dans ces exercices. Pardonnez-moi, si vous y passez, de mon émotivité.

Je vous raconterai après. C’est ce que je sais faire de mieux. Enfin, je crois.

Bizavous

Nath

Publicités

8 réflexions sur “Et il y a les dédicaces !

  1. Ce qui t’as brulé les doigts va te bruler les lèvres. Il n’y a pas à argumenter, pas à réfléchir et simplement laisser la passion se communiquer d’elle-même. Je te fais confiance, tout se passera bien.
    Très bon week-end à toi, à Pulchérie et à Philippe.

    Aimé par 1 personne

    • Merci AC, je serai heureuse de t’en faire encore plein d’autres des dédicaces. C’est plus facile d’en écrire quand on aime les personnes à qui elles s’adressent. Pour le reste il faut improviser sur le moment, pas inintéressant non plus, mais moins profond sans doute. Un bisou pour toi

      J'aime

Un petit commentaire est toujours bienvenu

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s