Archives de tags | exercice

Il y a des gens qui me regardent…

grenouille

Souvent pour démarrer un cours, j’aime rappeler,par une question saugrenue 😉 ou une demande de souvenir, que le comédien se doit d’être « extra voyant ».

Chacun des personnages qui sera joué, travaillé, décrypté, interprété a quelque chose de chaque personne que l’on croise :  on a tous en nous quelque chose des autres… Il suffit d’ouvrir les yeux. Saurez-vous ouvrir les yeux à votre tour ?

Je m’explique :  Lire la suite

Publicités

Des pieds et des mains…

main en transparence

Je fais souvent cet exercice en début d’année, au deuxième ou troisième cours quand les élèves ne se connaissent pas encore très bien. Cet exercice permet de réunir les corps, de se toucher, de faire connaissance par le rire et la concentration.

Les comédiens sont obligés de prendre appui sur leurs partenaires (ce qui est primordial lorsqu’on joue ensemble), ils sont également obligés de se concerter pour réussir ces prouesses :

Il faut faire de petits groupes de 6 ou 7 comédiens maximum

Je demande à chaque groupe de poser sur le sol uniquement 8 mains et 7 pieds, puis 5 pieds et 6 mains et pourquoi pas, 4 pieds et 12 mains.

Je leur laisse quelques minutes pour trouver la solution.

Le plus :

Rajoutez des parties du corps, exemple :

6 pieds, 4 mains, 1 paire de fesse, 1 tête.

1 doigt, 1 oreille, 7 pieds, 1 nez, 3 coudes, 3 mains.

Partie de fous rire assurés et en même temps cet exercice permet une belle cohésion de groupe et une bonne concentration. A moi de rappeler toujours le sérieux de l’exercice, tout en les laissant s’amuser…c’est le but.

Chuchotements

volutes fuméeC’est un très bel exercice, que j’aime particulièrement. Je l’ai testé moi-même et je le fais faire à mes élèves qui se régalent à chaque fois. 

Avec les ados c’est plus difficile, vous allez comprendre pourquoi :

Au préalable : Choisir dans un texte (quel qu’il soit, ce peut être un roman, une pièce de théâtre, des répliques de films…) des extraits, d’une phrase ou deux, qui semblent assez significatifs. Les découper en petits papiers.

L’exercice consiste à faire un cercle où les élèves sont assis sur des chaises. Un élève sur deux se lève. Ceux qui restent assis doivent fermer les yeux. On distribue les petits papiers à ceux qui sont debout. Ils doivent ensuite chuchoter à l’oreille de chacun des élèves assis, la phrase qu’ils ont sur leur papier. Chaque personne assise doit entendre tous les textes chuchotés. Les déplacements doivent être le plus silencieux possibles.

Lorsque les phrases ont été dites à tous,  tout le monde se rassoit et je demande au groupe une synthèse de ce qu’ils ont entendu et l’histoire qui pourrait se tisser autour des phrases chuchotées.

Évidemment, avec d’autres phrases, une autre histoire, les rôles s’inversent ensuite.

Je choisis en général des extraits de textes peu connus pour que l’imagination puisse s’envoler. Et elle s’envole à chaque fois.

L’effet ressenti par ceux qui sont assis est très agréable. Un peu comme dans un rêve où l’imagination s’envole au grès des images que les phrases révèlent. Un peu comme quand on était gosses et que nos parents nous racontaient des histoires avant de nous endormir. Qu’on s’endormait en accrochant des images pour nos rêves…

Je parlais des ados pour cet exercice… chuchoter à l’oreille des ados, surtout quand c’est un autre ado… ça fait rigoler tout le monde.

baskets

Se déplacer sans faire de bruit, ça fait rigoler encore plus… Ceux qui veulent profiter de l’exercice se fâchent contre ceux qui rigolent, et ça fait rigoler encore plus les autres, et… c’est drôle !  mais je réserve cet exercice surtout aux adultes.

 

A vous de voir ce que vous en ferez !

Merci à Bernard Grosjean de m’avoir fait découvrir ce très bel exercice.